Contactez nous !

Suivez les actualités de notre agence de communication audio !

Consultez régulièrement les actualités
13/10/2016

Consultez régulièrement les actualités de notre agence de communication audio basée à Brest pour tout savoir sur nos nouveautés !

Lire Plus

 

 

QUEL FOND SONORE DIFFUSER DANS SON MAGASIN ?

ZOOM SUR LE FOND SONORE À DIFFUSER DANS SON COMMERCE

Le marketing musical au service des magasins du 21ème siècle

Les franchiseurs qui développent un concept de magasin s'intéressent de plus en plus à des méthodes comme le marketing musical. En effet, nous vivons à une époque où les techniques marketing se doivent d'être de plus en plus subtiles et perfectionnées. Le consommateur est bombardé à longueur de journée par des messages publicitaires plus ou moins agressifs, et il a développé une forte capacité à ignorer les incitations à l'achat. L'utilisation d'une bande sonore bien choisie peut faire des miracles.

Vendre en musique, mais pas n'importe comment

Presque trois quarts des commerçants diffusent de la musique dans leurs points de vente. Une étude de la Sacem (la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique chargée de la gestion des droits) a démontré que 80 % des clients apprécient un fond musical quand ils achètent. Cependant, plus de 60 % des consommateurs se disent gênés par le bruit ambiant dans les magasins.

Les boutiques et les magasins de tous types diffusaient de la musique dès les années 70, et certaines enseignes ont bâti leur succès autour de leur ambiance sonore sans rien connaître au marketing. Aujourd'hui cependant, l'approche est beaucoup plus scientifique.

Une identité musicale en phase avec la clientèle

Pour tout entrepreneur débutant qui s'apprête à lancer son commerce franchisé ou à ouvrir un magasin au sein d'un réseau, la question de la musique se pose très vite. Souvent, les enseignes incluront dans leur savoir-faire le type de musique qui doit être diffusé. Certains réseaux diffusent même des compilations de musique d'ambiance à tous leurs franchisés.

Fans d'un genre de musique en particulier ou omnivore musical, auditeur de radio ou non, nous avons tous des goûts plus ou moins prononcés. La première tâche d'un gérant de magasin ou d'une franchiseur est de déterminer les inclinations de sa clientèle. L'âge et le milieu socio-culturel ont une grande importance dans ce procédé, mais l'attitude du client et ses attentes doivent également être prises en compte. La même acheteuse ne sera pas dans le même état d'esprit en allant acheter des chaussures pour son footing quotidien que quand elle cherche des bougies parfumées pour un dîner romantique.

Ce profil client permettra de déterminer l'identité musicale de la boutique ou de l'enseigne. Dynamique ou apaisante, jeune ou moins jeune, exotique ou locale… il s'agit de traduire les valeurs de la marque en musique.

Adapter la musique

Les spécialistes du marketing musical recommandent de varier le type de chanson, le volume et le tempo d'un moment à l'autre de la journée, voire d'une zone du magasin à l'autre. Diffuser une musique plus rythmée incitera les acheteurs à la rapidité pendant les périodes où il y a du monde, tandis qu'un morceau lent les encouragera à flâner entre les rayons et à découvrir des produits qu'ils n'étaient pas forcément venus chercher. Enfin, passer des « tubes » comme le font les chaînes de restauration rapide, tend à faire rester plus longtemps les clients qui les apprécient.

 

 

 

Les français et la consommation audio en 2017, le média radio se porte bien 

Même si certains essaient de faire croire que le média radio est en perte de vitesse, il n’en est rien. La radio est un véritable mass-média puissant qui continue de fédérer les Français de toutes les générations par son contenu et qui, portée par les nouvelles technologies digitales, a un énorme potentiel devant elle. La radio est partout : smartphone, ordinateur, tv, tablette, …. et a su s’adapter aux nouveaux usages et modes de consommation (podcasts, streaming, webradios).

Le pôle Audio d'Havas Group (France) et l’institut du CSA, ont publié fin 2017 une étude sur la consommation des contenus audio par les Français âgés de 13 à 64 ans sur l’ensemble des équipements : autoradio, poste radio, ordinateur, smartphone.

Il en ressort que :

  • 91% des Français consomment des contenus audios dont 66% de manière digitale via streaming, webradios, radios sur internet et podcasts.
  • 81% des interrogés écoutent la radio : 79% de manière classique (le plus souvent sur un poste radio ou autoradio) et les autres via un support digital. 
  • Les contenus audio et la musique sont très importants dans la vie des Français car ils les accompagnent dans tous les moments de leur quotidien : ménage, cuisine, sport, sous la douche, dans la voiture, au bureau…

Dans cette étude, Havas Media et l’institut CSA mettent également en évidence 6 profils de français en fonction de leurs pratiques audio 

Les Radio Ga Ga (32%) : ce sont des 35-49 ans avec des équipements et des usages proches de la moyenne des Français. La radio et la télé demeurent leurs principaux modes d’accès à la musique au quotidien. 

Les Néo Radio Digital (21%) : ce sont des citadins de moins de 35 ans qui ne peuvent se passer de musique au quotidien (notamment en streaming ou à la radio).

Les Radiostatic (20%) : Ils sont plutôt âgés et en retrait vis-à-vis de la musique, ils écoutent essentiellement la radio de manière passive (en voiture ou chez eux sur un poste radio).

Les audio Addict (10%) : ce sont des auditeurs de moins de 35 ans multi-équipés et toujours connectés, qui écoutent de la musique et des contenus audio via de multiples moyens, la plupart du temps digitaux.

Les Enjoy the Silence (9%) : ce sont des individus souvent inactifs, très peu équipés et très peu sensibles à la musique ou à tout autre contenu audio.

Enfin, les Audiodigital Native (8%) : ce sont des lycéens ou étudiants très digitaux, qui écoutent de la musique en streaming sur leurs smartphones partout et tout le temps.

 

 

Le Podcast, media ringard ?

 

Et toi tu écoutes des podcasts ? Ben non ! Mais en fait si, mais chacun le fait dans son coin, sans vraiment en parler.

En 2014 déjà, iTunes annonçait que ses abonnements aux podcasts avaient dépassé le milliard.

En France, les auditeurs de Radio France ont écouté 15,3 millions de podcasts en novembre 2016, soit une hausse de 51% sur un an.

Et aux Etats Unis, comme souvent, le marché est en avance puisque le podcast  touche aujourd’hui jusqu’à 21% des Américains de plus de 12 ans. Et plus particulièrement les moins de 35 ans.

Toujours aux Etats Unis, le podcast “Serial”, un documentaire fiction qui se déploie par épisode et par saison à la manière d’une série télé, revendique plus de 100 millions de téléchargements, soit plus que la première saison que “MadMen”.

Loin d’être ringard, le podcast s’offre ainsi, il faut l’admettre, un développement notable ! Si bien que l’essor des radios libres dans les années 1980 est bien loin. Vive le podcast !

 

Et le modèle économique ?

 

Aux Etats-Unis, le podcast est déjà un modèle rentable pour de nombreux médias. La radio nationale NPR a doublé ses revenus en un an grâce au podcast. Elle produit désormais des programmes spécialement dédiés au podcast, par exemple les “Ted Radio Hour”, réalisés en collaboration avec les conférences TED.

Le modèle économique ? Principalement la publicité, diffusée en début de podcast. Les tarifs varient entre 25 et 80$ pour 1000 téléchargements. Le calcul est vite fait : à un tarif de 50$, un épisode qui réalise 100.000 téléchargements ramène 5.000$. Chaque épisode coûtant entre 500 et 1.500$.

 

Le marché publicitaire lié aux podcasts était valorisé, aux Etats unis, à 80 MUSD en 2016. Les estimations le portent à 250 MUSD en 2017.

 

Mais certains acteurs s’intéressent également à la piste du modèle payant, à l’instar de la plateforme Acas (elle héberge les podcasts de Buzzfeed et du Financial Times) qui a lancé une option permettant aux créateurs/producteurs  de podcast de définir un prix et de proposer leurs contenus sans publicité. Les tarifs sont compris entre 99 centimes et 4,99 dollars par mois pour accéder aux épisodes podcastés. 

 

D’autres modèles encore sont à noter. Ainsi l’auteur à succès Tim Ferris (célèbre pour son best-seller “The four-hour week”), qui affiche une audience de 100 millions de téléchargements par mois, organise ponctuellement des événements “super-premium” à 7.500$ par siège. Son cas est certes hors norme mais il démontre la puissance du modèle combiné : livre, podcast, événement.

 

Enfin: les livres audio. Aujourd’hui, le marché est en pleine explosion. Amazon, qui a racheté Audible en 2007, a fait passer la production de livres audio d’une vingtaine par mois à plus de 2000 par an.

 

Alors, le podcast dépassera-t-il le mur du son ?

 

Qui sait ? Mais, avant que les médias-robots actionnables à la voix ne deviennent mainstream, de nombreux territoires restent à explorer sur le marché du podcast. En France, la production est plus faible que la demande (de nombreuses thématiques et catégories demeurent vierges) et il existe un besoin de programmes spécifiquement pensés pour le format du média podcast.

 

Streamteam.fr  vous a accompagné tout au long de 2017.  12 ans  de Programmation et  de diffusion de Musiques de Qualité, Mais l’aventure ne s’arrête pas là.

Toujours soucieux du moindre détail, nous n’avons rien laissé au hasard. Nouveaux produits innovants, nouveaux partenariats...   la fibre Optique  vous offre un confort d'ecoute inégalé ...

Notre qualité de diffusion est  supérieure  à la qualité d'une radio FM  .

Streamteam.fr a fait le maximum pour vous rapprocher de ce qui compte vraiment. En 2017 plus encore que jamais, notre objectif sera de vous offrir le meilleur de la Musique 

 Bonne Année 2017 

 

 

 

Votre Programme musical est le meilleur vendeur de votre point de vente ...

 

Un programme musical approprié motive et anime vos vendeurs, renforce et différencie votre marque, séduit vos clients et génère des ventes additionnelles.

1. Définir son "identité sonore"
Une marque doit réfléchir au son qu'elle souhaite diffuser. Le principal étant d' "avoir un brief d'identité sonore qui tient la route".
En quelques notes, la marque ou l'entreprise doit pouvoir transmettre sa vision, ses valeurs, sa stratégie et sa personnalité. 

2. Séduire les oreilles de ses clients
Dans les points de vente, il faut savoir tenir compte de ce que vient faire le client : acheter, échanger, découvrir... La musique influe sur la perception du temps dont ils disposent. La diffusion d'une bande sonore adaptée améliorerait de près de 10% la perception du temps d'attente en caisse, par exemple. 

Une musique douce incite à la flânerie alors qu'une musique au tempo plus rythmé va rendre l'acheteur plus pressé: intéressant quand le magasin est bondé. De la même façon, des mélodies connues augmenteront le temps passé dans les rayons alors qu'un volume sonore important attirera une clientèle plus jeune. Si la musique est appropriée, les ventes se développeront et le ratio temps passé / panier moyen sera efficace. 

3. Eviter la radio FM !
A proscrire: se brancher sur une radio musicale avec le risque d'entendre des choses non souhaitées, comme de la publicité pour des produits non disponibles en magasin. "Les nombreux messages diffusées sur les ondes peuvent être rédhibitoires pour les clients, d'autant plus s'il s'agit de publicités d'un concurrent !". 
Il est donc préférable de réaliser  un Programme sur mesure avec un style musical et des transitions entre les chansons.

 

 
Top